Entre France et Italie

 

Entre France et Italie

1er et 2 septembre 2006

Album photo

  • 1er jour : Du refuge de la Madone au refuge Genova

dénivelé positif : +1370 mPiano del Prajet
dénivelé négatif : -1274 m
horaire : 7h
Carte IGN : 3741 OT

Départ : Madone de Fenestre
Arrivée : refuge Genova

Nous partons de bon matin du refuge de la Madone de Fenestre pour monter jusqu'au col de Fenestre (alt. 2474 m). Nous redescendons alors côté italien, en direction du refuge Soria Elena sur un très bon sentier. On passe devant des baraquements témoins de la dernière guerre. en chemin nous croisons quelques bouquetins très peu farouches. D'abord sur un terrain rocailleux, le sentier continue sur une prairie très agréable : nous sommes arrivées au Piano del Prajet (1803 m).
Colle di Fenestrelle



Au pont, nous empruntons le sentier qui monte sur une croupe herbeuse en direction du colle di Fenestrelle (2464m). La montée se fait très agréablement dans les alpages, nous en avons profité pour pique-niquer.

Lac Chiotas et Argentera

 

 

 

 

 

 


 

 


Lac Chiotas et lac du Brocan



 

 

 



Au col, nous découvrons une vue magnifique sur l'Argentera et les lacs de Chiotas et de Brocan qui se découvrent peu à peu à nos yeux. sur un promontoire rocheux entre les deux lacs se trouve le refuge Genova, où nous allons passer la nuit.

 



 


 


 


 

 

 


  • 2ème jour : Du refuge de Genova au Boréon

dénivelé positif : +1000 mCol di Brocan
dénivelé négatif : -1533 m
horaire : 7h

Départ : refuge Genova
Arrivée : Le Boréon

Après une bonne nuit de repos, nous repartons du refuge Genova pour monter au Colle di Brocan. On contourne le lago di Brocan par la droite en suivant la direction « colle di Rovina ». le sentier s'élève au bout du lac. Vers 2170 m d'altitude on laisse sur la gauche le sentier montant au col de la Ruine et on suit alors un balisage jaune/orange. Le sentier monte d'abord sur une croupe herbeCime du Mercantouruse puis dans un vallon parmi les éboulis. Il reste bon et bien marqué. Juste avant d'arriver au col, on franchit un petit pas délicat en contournant un reste de glacier dans une pente d'éboulis assez fins et instables. Arrivées au colle di Brocan (photo, alt. 2892 m), une pause s'impose, dans un décor minéral où l'on a plus de chance de croiser des chamois ou des bouquetins que des promeneurs. On peut alors admirer les sommets qui nous entourent. devant nous se dresse, entre autres, la cime du Mercantour.


 

 

 

 

 


Col Guillié

 

Le sentier part alors vers la droite (balisage rouge et jaune) et contourne une petite crête qui descend du col. Vers l'altitude 2780, on laisse sur la droite le sentier qui rejoint le refuge de Remondino et on part en traversée vers la gauche (balisage rouge). Le sentier remonte un peu puis longe l'arête de la cime ouest de la cime de Brocan. Une fois l'arête franchie, le sentier remonte un peu, passe une crête et redescend vers le col Guillié ou colle di Mercantour (alt. 2639 m).

 

 

 

 

 


Caire de l'ErpsLa descente par le vallon de l'Erps se fait en rive gauche puis en rive droite du torrent. On passe devant le caire de l'Erps. Le cheminement est évident : le sentier est bien marqué et cairné jusqu'à la vacherie de l'Erps (1750 m) où l'on rejoint les sentiers balisés du Boréon (balise 378). Il nous suffit alors de les suivre pour arriver, fatiguées mais ravies de ces deux jours de rando.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :